Accueil > Actualités > Communiqués de presse > Augmentation des transferts d’armes tirée par la demande au Moyen-Orient et (...)

Augmentation des transferts d’armes tirée par la demande au Moyen-Orient et en Asie, selon le Sipri

Communiqué du Sipri

lundi 20 février 2017, par Observatoire des armements

(Stockholm, 20 février 2017) — Le volume des transferts internationaux d’armes majeures est en constante augmentation depuis 2004 et il a augmenté de 8,4 % entre 2007-11 et 2012-16, selon les nouvelles données sur les transferts d’armement publiées aujourd’hui par le Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI). Notamment, les transferts d’armes majeures en 2012-16 ont atteint leur plus haut volume sur une période de cinq ans depuis la fin de la guerre froide.

Les flux d’armes ont augmenté vers l’Asie, l’Océanie et le Moyen-Orient entre 2007-11 et 2012-16, tandis qu’ils diminuaient vers l’Europe, l’Amérique et l’Afrique. Les 5 plus grands exportateurs – États-Unis, Russie, Chine, France, Allemagne – concentrent à eux seuls 74 % du volume total des exportations d’armes.

Asie : augmentation importante pour certains États

Les importations d’armes par les États d’Asie et d’Océanie ont augmenté de 7,7 % entre 2007-11 et 2012-16 et représentent 43 % des importations globales en 2012-16.

L’Inde est le plus grand importateur d’armes majeures en 2012-2016, comptabilisant 13 % du total. Entre 2007-11 et 2012-16, l’Inde a augmenté ses importations d’armes de 43 %. En 2012-16, les importations de l’Inde étaient beaucoup plus importantes que celles de ses rivaux régionaux la Chine et le Pakistan.

Les importations par les pays d’Asie du sud-est ont augmenté de 6,2 % entre 2007-11 et 2012-16. Le Vietnam a fait un bond particulièrement important, passant du 29ème rang mondial des plus grands importateurs en 2007-11 au 10ème rang en 2012-16, avec une augmentation des importations de 202 %.

« En l’absence d’instruments régionaux de contrôle des armements, les États d’Asie continuent d’étendre leurs arsenaux », déclare Siemon Wezeman, chercheur principal du programme Armes et dépenses militaires du Sipri. «  Si la Chine est de plus en plus en mesure de substituer les importations d’armes par des produits nationaux, l’Inde reste tributaire de la technologie de nombreux fournisseurs volontaires tels que la Russie, les États-Unis, des États européens, Israël et la Corée du Sud. »

Moyen-Orient : les importations d’armes ont presque doublé

Entre 2007-11 et 2012-16, les importations d’armes par les États du Moyen-Orient ont augmenté de 86 % et représentent 29 % des importations mondiales en 2012-16.

L’Arabie saoudite est le deuxième importateur mondial d’armes en 2012-16, avec une augmentation de 212 % par rapport à 2007-11. Les importations d’armes par le Qatar ont crû de 245 %. Bien qu’à des niveaux moins importants, la majorité des autres États de la région a également augmenté ses importations d’armes.

« Au cours des cinq dernières années, la plupart des États du Moyen-Orient se sont principalement tournés vers les États-Unis et l’Europe dans leur quête accélérée de capacités militaires avancées  », affirme Pieter Wezeman, chercheur principal du programme Armes et dépenses militaires du Sipri. «  Malgré les bas prix du pétrole, les pays de la région ont continué à commander plus d’armes qu’en 2016, les percevant comme des instruments essentiels pour faire face aux conflits et aux tensions régionales.  »

Exportateurs d’armes : les États-Unis représentent un tiers du total

Avec un tiers des exportations mondiales d’armement, les États-Unis sont le premier exportateur d’armes en 2012-16. Leurs exportations ont augmenté de 21 % par rapport à 2007-11. Près de la moitié de leurs exportations est à destination du Moyen-Orient.

« Les États-Unis fournissent des armes majeures à au moins 100 pays à travers le monde — beaucoup plus que n’importe quel autre État fournisseur », précise Dr Aude Fleurant, directrice du programme Armes et dépenses militaires du Sipri. « Les deux avions de combat avancés équipés de missiles de croisière et autres munitions à guidage de précision ainsi que les systèmes de défense anti-aérienne et anti-missiles de dernière génération représentent une part importante des exportations d’armes américaines. »

La Russie représente 23 % des exportations mondiales pour la période 2012-16. 70 % de ses exportations sont à destination de quatre pays : Inde, Vietnam, Chine, Algérie.
La part de la Chine dans les exportations mondiales d’armement est passée de 3,8 % à 6,2 % entre 2007-11 et 2012-16. Désormais, elle est fermement un fournisseur de premier plan, comme la France et l’Allemagne qui représentent respectivement 6 % et 5,6 %. Le rythme moins soutenu des livraisons françaises d’armement pourrait bientôt se terminer en raison d’une série de contrats importants signés ces cinq dernières années. Malgré un essor des exportations d’armes en 2016, les exportations allemandes — calculées sur une période de cinq ans — ont diminué de 36 % entre 2007-11 et 2012-16.

Autres évolutions notables

  • L’Algérie est le plus grand importateur d’armes en Afrique, avec 46 % des importations dans la région.
  • Les principaux importateurs en Afrique subsaharienne — Nigeria, Soudan, Éthiopie — se trouvent tous dans des zones de conflit.
  • Les importations totales d’armes par les États des Amériques ont diminué de 18 % entre 2007-11 et 2012-16. Toutefois, les variations des volumes des importations ont varié considérablement. Les importations d’armes de la Colombie ont diminué de 19 %, tandis que les importations du Mexique ont augmenté de 184 % en 2012-16 par rapport à 2007-11.
  • Les importations par les États européens ont sensiblement diminué de 36 % entre 2007-11 et 2012-16. Les premières livraisons vers l’Europe d’avions de combat avancés dans le cadre de contrats majeurs ont eu lieu en 2012-16 et d’autres livraisons entraîneront une augmentation des volumes d’importation dans les années à venir.
  • Les importations de l’Azerbaïdjan étaient 20 fois plus élevées que celles de l’Arménie en 2012-16.

TRADUCTION : Aziza Riahi, Observatoire des armements


Voir en ligne : Base de données du Sipri sur les transferts d’armes


La base de données du Sipri sur les transferts d’armement contient des informations sur tous les transferts internationaux d’armes majeures (y compris les ventes, les dons et les licences de production) aux États, aux organisations internationales et aux groupes armés non-étatiques de 1950 à l’année civile complète la plus récente, 2016. Les données du Sipri reflètent le volume des livraisons d’armement, non la valeur financière des transactions. Comme le volume des livraisons peut varier de manière significative d’une année à l’autre, le Sipri présente ses données sur des périodes de 5 ans, ce qui offre une mesure plus stable de l’évolution des tendances.