Les essais nucléaires de la France entre 1960 et 1996

 

 

 
Atmosphériques
Souterrains
total
Reggane (Sahara)
 
4
In Ecker (Hoggar) 
 
13
13
Moruroa 
41
137
178* 
Fangataufa 
10 
15 
Total
50
160
210

*dont 12 tirs de "sécurité"

 

 

 

 

 

 

Après avoir effectué 17 expériences nucléaires au Sahara entre le 13 février 1960 et 16 février 1966, la France a effectué en tout 193 essais nucléaires en Polynésie entre 1966 et 1996. On compte, parmi ces 193 essais, 41 essais atmosphériques qui, entre 1966 et 1974, ont été réalisés malgré le traité d’interdiction des expériences dans l’atmosphère, signé en 1963 par les Etats-Unis, l’URSS et le Royaume-Uni. Parmi les 152 essais souterrains réalisés dans le sous-sol des atolls de Moruroa et Fangataufa, on compte 12 tirs dits " de sécurité " pour lesquels la réaction en chaîne ne s’est pas produite et destinés à vérifier la fiabilité des têtes nucléaires.

Le premier essai nucléaire français en Polynésie a été réalisé le 2 juillet 1966 au-dessus de l'atoll de Moruroa. Le dernier essai a été réalisé le 27 janvier 1996 dans les profondeurs de l'atoll de Fangataufa.

La France a décidé en 1996 de fermer ses sites d'essais nucléaires en Polynésie et la dissolution de la Direction des Centres d'Expérimentation nucléaire (DIRCEN) a été effective à la fin juillet 1998.

La France a signé le traité d'interdiction totale des essais nucléaires le 26 septembre 1996.

 

Les deux " atolls nucléaires "

Les atolls de Moruroa et de Fangataufa ont été cédés gratuitement en toute propriété à l’État français par le Territoire de Polynésie par délibération n° 64-27 du 6 février 1964, rendue exécutoire par arrêté n° 290/AA/DOM du 8 février 1964. Ces deux textes ont été publiés au Journal Officiel de la Polynésie Française du 29 février 1964.

La délibération n° 64-27 écrit notamment : " Au cas de cessation des activités du centre d’expérimentation du Pacifique, les atolls de Moruroa et de Fangataufa feront d’office retour gratuit au domaine du territoire dans l’état où ils se trouveront à cette époque, sans dédommagement ni réparation d’aucune sorte de la part de l’État.

Les bâtiments qui s’y trouveront édifiés à cette même époque, ainsi que le matériel laissé sur place, deviendront la propriété du territoire, sans indemnité "

En fait, après la fin des essais en 1996, la France a décidé de garder la propriété des atolls de Moruroa et Fangataufa où ont été installés des systèmes de surveillance radiologiques et géologiques. En 2001, les deux atolls sont sous statut de terrain militaire français et sont interdits aux civils. Une petite unité militaire française (une trentaine de soldats) est installée à Moruroa et est chargée de l'entretien des appareils de mesure et de communication et d'empêcher les intrusions éventuelles.

Les essais nucléaires français et leurs conséquences sur la santé et l'environnement

La période des essais atmosphériques (1966-1974) a été particulièrement nocive en raison des retombées radioactives qui ont été mesurées par des laboratoires néo-zélandais et australiens aux limites de la Polynésie française. La France a toujours affirmé publiquement la parfaite innocuité de ses expériences atmosphériques. Néanmoins, pour les besoins de l'expertise commandée par le gouvernement français à l'Agence Internationale de l'Energie Atomique, le ministère de la défense français a reconnu que plusieurs expériences avaient dépassé les doses admises.

Date de l'essai Lieu de l'exposition Dose reçue en mSv

2 juillet 1966 Iles Gambier 5,5

2 juillet 1967 Atoll de Tureia 0,9

12 juin 1971 Atoll de Tureia 1,3

8 août 1971 Iles Gambier 1,2

17 juillet 1974 Tahiti (Mahina) 0,8

Note : la dose annuelle admise est de 1 mSv. Il y a eu en tout 6 essais en 1966, 3 essais en 1967, 5 essais en 1971, 9 essais en 1974.

 

Les essais souterrains réalisés dans les sous-sols et sous les lagons des atolls de Moruroa et Fangataufa n'ont pas été réalisés dans des conditions parfaites de sécurité tant pour les personnels que pour l'environnement. Plusieurs accidents ont été signalés dont l'un des plus graves est celui du 5 juillet 1979 lors de l'explosion de la cuve Meknes sur l'atoll de Moruroa. De plus, le rapport de l'AIEA signale que les expériences de sécurité ont entraîné une contamination en surface dans la zone nord de l'atoll de Moruroa et qu'au moins 4 essais souterrains effectués à une faible profondeur ont provoqué des fuites de gaz radioactifs. Des fuites de gaz radioactifs (tritium notamment) ont été mesurées par l'AIEA en 1996.

Au milieu des années 1980, un registre du cancer a été mis en place en Polynésie, mais ses données ne sont considérées comme fiables qu'à partir de 1988. Le registre montre que la Polynésie présente un des plus forts taux d'incidence du cancer de la thyroïde chez les femmes.

En 1996 et 1998, le gouvernement français a fait réaliser des études sur l'incidence et la mortalité par cancer en Polynésie par l'Institut nationale de la santé et de la recherche médicale (INSERM) dont les résultats ont été utilisés pour affirmer l'innocuité des essais nucléaires de la France.

 

Le mouvement d'opposition aux essais nucléaires français

En Polynésie française, l'opposition aux essais nucléaires s'est manifestée dès l'implantation des sites d'essais nucléaires sur les atolls de Moruroa et Fangataufa. Parmi les opposants, on comptait des hommes politiques polynésiens, des personnalités, l'Eglise Evangélique et les ONG. Le début des années 1970, jusqu'en 1974 a été marqué par de grandes manifestations d'opposition à Tahiti et dans les pays du Pacifique. En 1995, l'annonce de la reprise des essais nucléaires par le président Jacques Chirac a été marquée par un immense mouvement de protestation mondial contre les essais nucléaires de la France.

Après la fin des essais nucléaires, le réseau international "Solidarité Europe Pacifique" où se retrouvent les ONG de Polynésie Hiti Tau et l'Eglise Evangélique de Polynésie française, a fait réaliser une enquête sociologique auprès des anciens travailleurs des sites nucléaires qui a été publiée sous le titre "Moruroa et nous". Ce rapport a été édité intégralement en plusieurs langues : anglais, français, allemand et reo maohi.

Le réseau "Solidarité Europe Pacifique" a organisé en 1999 un colloque dans les locaux de l'Assemblée nationale française sur les conséquences des essais nucléaires de la France. Après une campagne d'opinion sur le thème "Ouvrons les archives", le Parlement français vient de décider (en janvier 2001) l'ouverture d'une enquête parlementaire sur les essais nucléaires de la France.

En 2001, le réseau "Solidarité Europe Pacifique" a reçu le soutien de l'association des "Vétérans des essais nucléaires français et leurs familles" récemment créée et a établi le contact avec une association de citoyens algériens désignée sous l'appellation "13 février 1960", date du premier essai nucléaire de la France à Reggane au Sahara.

© Observatoire des armes nucléaires françaises 2002

 

 



phentermine florida adipex p phentermine no prescription phentermine pay with american express phentermine overnight delivery cheap diet online phentermine pill phentermine and on;ine phentermine virginia cod phentermine buy phentermine diet pillscod what is phentermine illegal to ship phentermine to illinois phentermine message board buy phenteramine phentemine phentermine sales cheapest phentermine online phentermine blue purchase phentermine check effects of phentermine phentermine effects 99 phentermine order cheap phentermine discount cheap tramadol tramadol cod tramadol uses cheapest tramadol tramadol constipation tramadol warnings check cod tramadol tramadol current issues tramadol withdraw chinese tramadol tramadol effects 100 tramadol no overnight prescription tramadol propecia ultram order ultram prescribing information dangers of ultram ultram and twitching eye action class suit ultram picture of ultrams ultram problems detox for ultram ultram best price what is ultrams info on side effects of ultram ultram for dogs antidepressant ultram side effects ultram ultram sale id ultrams ultram order cheapest ultram prices ultram and what is ultram used for is ultram effective in relieving pain from bph ultram for chronic pelvic pain book guest site ultram ws cialis vs viagra vs levitra affordable prices for cialis with no prescription cialis lilly purchase cialis online buying cialis with e check cialis without a prescription apcalis cialis cialis lowest price risperodol interactions with cialis viagra levitra cialis 20 mg combining viagra and cialis adipex cialis pill cialis levetra overnight cialis cheap cialis canada cialis viagra levitra adipex generic cialis mg cialis levitra viagra vs vs online cialis buying cialis online mexico cialis uk sales 37 5mgx90 80 cialis sale cialis generics online pharmacy generic cialis c o d cheap cialis cialis usa fda approved absolutely lowest cost cialis on www cialis icos lowest price cialis