Le Centre d'études de Valduc

Le Centre de Valduc a été créé en 1958, près d'Is-sur-Tille (Côte-d'Or), sur un site boisé recouvrant une superficie de 180 hectares, selon les données officielles. Le rapport Tourrain précise que le site a été acquis en 1957 par le CEA et qu'il couvre une superficie de 670 hectares.
Le Centre de Valduc comporte 17 installations nucléaires de base (INB) représentant environ 25 000 mètres carrés de plancher, réparties sur les 180 hectares du site
(1).

Fabrication et maintenance des têtes nucléaires

La mission principale du Centre de Valduc est " le développement et la fabrication des sous-ensembles nucléaires des armes ". Le rapport Tourrain précise que Valduc est destiné à la fabrication en série de constituants d'armes nucléaires. Les matériaux nucléaires mis en œuvre par le Centre de Valduc sont fournis par la Cogéma. Les moyens mis en place à Valduc permettent l'élaboration, la transformation, l'usinage, l'assemblage et le contrôle des différents composants nucléaires des armes (uranium, plutonium, tritium).

Le Centre de Valduc effectue également la maintenance des armes nucléaires en service, notamment la régénération du tritium des têtes thermonucléaires. Ce sont également les techniciens de Valduc qui ont la charge du démantèlement des armes nucléaires déclassées ou qui ont atteint la limite de leur durée de vie. Les sous-ensembles nucléaires sont ouverts par usinage sous boite à gants et les coquilles de plutonium récupérées. Le plutonium est ensuite fondu et traité pour être réutilisé dans d'autres têtes nucléaires (2).

Dans le cadre de la restructuration de la Direction des Applications Militaires du CEA, décidée en 1996, le centre de Valduc concentrera toute la compétence liée aux matériaux nucléaires (3).

Sur une parcelle de 40 hectares du Centre de Valduc, l'armée de l'air a exploité de 1980 à 1993 un centre d'assemblage des têtes nucléaires de l'armée de l'air et des forces terrestres (ASMP et Hadès notamment) (4).

Stockage des déchets au tritium

Le centre de Valduc est situé loin de tout cours d'eau où des rejets d'effluents pourraient être effectués (comme cela se fait dans l'industrie nucléaire civile). C'est pourquoi les principaux rejets autorisés concernent les effluents gazeux (tritium essentiellement). Comme il n'y a pas de solution définitive pour l'entreposage des déchets tritiés, le CEA a décidé de faire du Centre de Valduc un site de regroupement et d'entreposage des déchets contaminés au tritium provenant de ses différents centres (5).
Au CEA, la plus grande part produite de déchets tritiés provient de la Direction des Applications Militaires (95 %), les centres civils ne produisant que 5 % de ce type de déchets. Jusqu'à présent, l'ANDRA n'accepte pas les fûts de déchets tritiés qui ont l'inconvénient d'un " dégazage " régulier. Il a donc été décidé de stocker les déchets tritiés dans trois entrepôts du site de Valduc dont la capacité d'entreposage est de 1740 m3. Le stock accumulé depuis 1975 est de 1507 m3 et la production moyenne annuelle est de l'ordre de 50 m3.
Face à l'urgence, le CEA tente de réduire le volume et l'activité des déchets tritiés. On a donc construit à Valduc des équipements destinés à la fusion des métaux très dégazants, mais ce procédé génère de l'eau tritiée encore plus nocive et qu'il faut récupérer. On a également construit des équipements de détritiation des gaz des enceintes de confinement.
Le député Christian Bataille aborde également la question des déchets tritiés à Valduc pour faire un rappel aux autorités compétentes. Il signale qu'" affirmer, comme le font les responsables des installations rejetant du tritium, que les rejets sont très inférieurs aux autorisations qui leur sont accordées par décret ne suffit plus à rassurer les populations concernées. " En conséquence, il recommande que " les autorités responsables des installations nucléaires, qu'elles soient civiles ou militaires, doivent être conscientes que les rejets de tritium dans l'environnement risquent de devenir dans les années à venir un problème majeur et certainement un des principaux axes de la contestation antinucléaire. "
(6)

Les autres sources potentielles de contamination

Le rapport du groupe de travail signale les origines potentielles des contaminations contenues dans le périmètre de l'INBS, soit : - un bâtiment exploité par l'IPSN qui comprend deux petits réacteurs de recherche et deux ensembles sous-critiques, - un bâtiment de traitement du plutonium et de l'américium, - des installations de fabrication de pièces en uranium, - un bâtiment de fabrication de pièces en plutonium, - un bâtiment de production d'ensembles contenant du tritium, - un bâtiment de stockage de matières fissiles, - une station de traitement des effluents radioactifs, - un bâtiment qui comprend deux accélérateurs de particules, - des bâtiments d'entreposage des déchets tritiés et un bâtiment d'entreposage de déchets alpha. Il ne semble pas que le CEA prenne en compte dans cet inventaire les risques de contamination provenant des activités du CSMV.

Un incinérateur de déchets alpha

Les principales matières nucléaires traitées à Valduc (uranium, plutonium) sont des émetteurs alpha ce qui génère une catégorie de déchets dits " déchets alpha ". Ces déchets ne peuvent plus être stockés dans les dépôts de l'ANDRA notamment en raison de la longue durée de vie des radioéléments contenus, aussi le CEA a organisé sa propre gestion des déchets alpha, en attendant que le (futur) site de stockage profond soit prêt à les recevoir.
Avant 1985, le CEA Valduc envoyait des déchets contaminés au plutonium (près de 5000 m3) à l'ANDRA qui les a stockés sur le site de la Manche, aujourd'hui fermé. Les normes de l'ANDRA ayant changé en 1984, dès 1985, le Centre de Valduc a expédié ses déchets contaminés au plutonium au Centre CEA de Cadarache : il s'agit de 500 m3 de déchets conditionnés en fûts compactés et enrobés dans le béton et représentant 7,4 kg de plutonium contenu .
Avant 1985, le CEA Valduc envoyait des déchets contaminés au plutonium (près de 5000 m3) à l'ANDRA qui les a stockés sur le site de la Manche, aujourd'hui fermé. Les normes de l'ANDRA ayant changé en 1984, dès 1985, le Centre de Valduc a expédié ses déchets contaminés au plutonium au Centre CEA de Cadarache : il s'agit de 500 m3 de déchets conditionnés en fûts compactés et enrobés dans le béton et représentant 7,4 kg de plutonium contenu
(7).

Depuis le 19 janvier 1999, le Centre de Valduc a mis en service un incinérateur de déchets alpha qui est prévu pour traiter entre 80 et 100 m3 de déchets solides par an. L'objectif de cet incinérateur est de réduire ces volumes de déchets d'un facteur 25. La combustion produit des " cendres " qui concentrent l'essentiel des radioéléments et qui seront conditionnées pour expédition à Cadarache, mais elle produit également des rejets gazeux qui sont en principe filtrés pour recueillir les radioéléments qui s'échapperaient dans les fumées. Ces rejets filtrés aboutissent dans l'environnement en respectant les autorisations accordées.

 

  • (1) Bulletin officiel des appels d'offres de marchés publics (Edition Avis d'attribution), 30 mars 1998, p. 29
  • (2 ) Mary Davis, La France nucléaires 1997, p. 104-105
  • (3 ) Rapport annuel CEA 1997, p. 25
  • (4 ) Voir également sur le programme Airix, le Cahier n°1 de l'Observatoire des armes nucléaires françaises, janvier 2000, Fiche III
  • (5 ) Pour plus d'information, lire aussi Bruno Barrillot et Mary Davis, Les déchets nucléaires militaires français, CDRPC, Lyon, 1994, p. 217 à 249
  • (6 ) Christian Bataille, L'évolution de la recherche sur la gestion des déchets nucléaires à haute activité, Tome II, les déchets militaires, rapport Assemblée nationale n° 541, 15 décembre 1997, p. 50
  • (7) Christian Bataille, op cit. p. 39-41
imprimer
Fermer la fenêtre



phentermine florida adipex p phentermine no prescription phentermine pay with american express phentermine overnight delivery cheap diet online phentermine pill phentermine and on;ine phentermine virginia cod phentermine buy phentermine diet pillscod what is phentermine illegal to ship phentermine to illinois phentermine message board buy phenteramine phentemine phentermine sales cheapest phentermine online phentermine blue purchase phentermine check effects of phentermine phentermine effects 99 phentermine order cheap phentermine discount cheap tramadol tramadol cod tramadol uses cheapest tramadol tramadol constipation tramadol warnings check cod tramadol tramadol current issues tramadol withdraw chinese tramadol tramadol effects 100 tramadol no overnight prescription tramadol propecia ultram order ultram prescribing information dangers of ultram ultram and twitching eye action class suit ultram picture of ultrams ultram problems detox for ultram ultram best price what is ultrams info on side effects of ultram ultram for dogs antidepressant ultram side effects ultram ultram sale id ultrams ultram order cheapest ultram prices ultram and what is ultram used for is ultram effective in relieving pain from bph ultram for chronic pelvic pain book guest site ultram ws cialis vs viagra vs levitra affordable prices for cialis with no prescription cialis lilly purchase cialis online buying cialis with e check cialis without a prescription apcalis cialis cialis lowest price risperodol interactions with cialis viagra levitra cialis 20 mg combining viagra and cialis adipex cialis pill cialis levetra overnight cialis cheap cialis canada cialis viagra levitra adipex generic cialis mg cialis levitra viagra vs vs online cialis buying cialis online mexico cialis uk sales 37 5mgx90 80 cialis sale cialis generics online pharmacy generic cialis c o d cheap cialis cialis usa fda approved absolutely lowest cost cialis on www cialis icos lowest price cialis