Chronologie de l'Algérie

Après la destruction de Carthage en 146 av. JC et la victoire de Rome sur les Royaumes Numides, le nord de l'Algérie est annexée aux provinces africaines de l'empire romain.

IIIème siècle : le mouvement donatiste (secte chrétienne d'Afrique du nord) déclare l'indépendance de la région.

Vème siècle : les Vandales (tribu germanique) envahissent le pays pour y établir leur royaume. Le pays est dévasté.

VIème siècle : les Vandales sont renversés par les Byzantins qui souhaitent restaurer l'autorité de l'Empire romain.

VIIIème siècle : les arabes envahissent l'Afrique du nord et y introduisent une nouvelle religion, l'islam. Ils rencontrent une forte résistance des communautés berbères (incarnée par la prêtresse berbère et Reine des Aurès, Kahina) avant de finalement se plier à l'autorité arabe et à l'islam. L 'Algérie est alors gouverné de Damas, en Syrie, par des califes Omeyades, et de Bagdad par des califes Abbassides.

fin XVème siècle - XVIème siècle : Début de la reconquête chrétienne et fin de la domination musulmane sur la péninsule ibérique.

Pour contrer les premières offensives espagnoles sur les littoraux d'Afrique du nord, les algérois font appel à des corsaires turcs (à peine convertis à l'islam) et notamment aux frères Barberousse qui placent Alger sous l'autorité ottomane. Ils fondent la régence d'Alger où le sultan est représenté par un pacha, puis par un dey, plus autonome.

Pendant deux siècles, la régence dispose de ressources financières abondantes par le prélevèment d'impôts, la piraterie en Méditerrannée et l'esclavage. Les profits de la piraterie s'amenuisent dès l'apparition des armes à feu qui permettent aux bâteaux ciblés de risposter et de repousser les bâteaux corsaires.
A la fin du XVIIIème siècle, des accords internationaux déclarent les corsaires hors la loi.

1815 : une escadrille navale américaine et la flotte anglo-hollandaise sont successivement envoyés en méditerranée pour détruire les flottes du dey et bombarder Alger.

1827 : C'est à la suite d'un malentendu concernant une dette impayée par Paris à l'Algérie qu'un conflit diplomatique voit le jour entre le dey Hussein et le consul de France. La France va décider alors d'intervenir sous l'impulsion de Charles X qui souhaite retrouver sa popularité et ce par le biais d'un succès militaire.

1830 : le 14 juin, les français débarquent à Alger avec une centaine de navires de guerre et 37 000 hommes avec artillerie. Les combats durent trois semaines jusqu'à la capitulation du dey.
Louis-Philippe Ier devient roi des français après l'abdication de Charles X.

Pendant dix ans, la France va être confrontée à la résistance enmenée par l'armée d'Abd-el-kader. En 1840, la France décide la conquête totale de l'Algérie et nomme Bugeaud gouverneur général.

1847 : Abd-el-kader se rend et est mis en détention en France. Plus aucun obstacle ne se dresse devant la France et la colonisation se met véritablement en route. Des réseaux routiers ferrovières sont construits, les populations sont chassées dans les montagnes et les terres spoliées.

En 1863, on dénombre 190 000 résidents européens en Algérie dont 49 % de français.

1865 : les autochtones obtiennent des droits civils et politiques limités. Pour obtenir la nationalité française, les algériens doivent renoncer à leur statut religieu régi par la loi musulmane. Sept ans plus tard, on recence seulement 371 naturalisations.

1867-1868 : 500 000 ha ont été colonisés. La famine, les maladies et les guerres tuent 300 000 algériens.

1881 : Le code l'indigénat est instauré. Il établit une série de mesures visant à réprimer fortement par des peines spéciales des infractions comme la circulation sans laissez-passer, les réunions non autorisées, etc.

1900 : les colons représentent 13 % de la population.

1912 : Fondation du mouvement de la jeunesse algérienne dirigé par l'Émir Khaled.

1914-1918 : 26 000 des 173 000 volontaires et appelés algériens meurent pendant la guerre.

1919 : Une loi permet d'augmenter le nombre d'élus algériens dans les conseils municipaux et généraux. L'opposition musulmane commence à s'organiser.

1931 : Création de l'Association des Oulémas musulmans par Cheikh Abdelhamid Ben Badis.

1937 : Création du PPA (Parti du Peuple Algérien) par El-Hadj Ahmed Messali à Alger.

1939 : 150 000 soldats algériens participent aux Forces Françaises Libres pendant la deuxième guerre mondiale.

1943 : montée des revendications. Rédaction du Manifeste du peuple algérien par Ferhat Abbas qui réclame notamment l'autonomie de l'Algérie avec droit de regard de la France.

1944 : signature de De Gaulle le 7 mars d'une ordonnance visant à rétablir un ensemble de droits du citoyen algérien. La réforme de la législation autorise notamment le droit de vote à une partie des citoyens algériens (officiers, diplomés...) sans qu'ils soient obligés de renoncer à leur "statut personnel". L'ordonnance supprime surtout le code de l'Indigénat qui rassemblait un ensemble de sanctions dont seuls les algériens non naturalisés étaient passibles.

1946 : Création du MTLD (Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques), branche du PPA, par Messali Hadj et du UDMA (Union démocratique du Manifeste algérien) par Ferhat Abbas.

1948 : naissance de l'OS (Organisation Spéciale) qui est une branche spéciale du PPA.

1954 : Début de la guerre d'Algérie

1955 :

1956 :

1957 :

1958 :

1959 :

1960 :

1961 :

1962 :

1963 : la nouvelle constitution est adoptée. Un régime présidentielle est institué. Ahmed Ben Bella en prend la tête, le colonel Boumédienne est nommé ministre de la défense et devient en fait l'homme fort du pouvoir algérien. Le FLN est le parti unique.

08 oct. - 05 nov. : Guerre des sables avec le Maroc.

1964 : la situation économique se dégrade. Le Pays survie grâce à la coopération avec la France et au pétrole.

1965 - 1974 : le 19 juin 1965, le colonel Houri Boumediène s'empare du pouvoir par un coup d'Etat, avec le soutien de Bouteflika. Il prend la tête du Conseil de Révolution.

Boumediène nationalise les hydrocarbures, les banques, les assurances et promulgue la révolution agraire (1971).

1975 : l'Algérie entre en conflit avec le Maroc et la Mauritanie en soutenant le Front Polisario au Sahara Occidental.

1976 : une nouvelle constitution est adoptée et donne les pleins pouvoirs à Boumediène qui est réélu à la présidence. Le FLN reste le seul parti légal.

1978 : Boumediène décède. Le Colonel Chadli le remplace à la tête du FLN et à la présidence le 1er février 1979.

1982 : formation du FIS (Front Islamique du Salut).

1988 : Chadli est réélu pour un troisième mandat.

Les amendements constitutionnels sur la séparation des pouvoirs entre le chef de l'Etat et le Premier ministre est adoptée par référendum.

1989 : une nouvelle constitution est adoptée et prévoit le multipartisme.

1991 : le FIS obtient la majorité au premier tour des élections législatives.

1992 : Un Haut Comité d'Etat est créé (dirigé par Boudiaf, assassiné six mois plus tard) et déclare l'état d'urgence. Les élections sont annulées par le Haut Conseil de Sécurité. Le MIA (Mouvement Islamique Armé) voit le jour. le FIS est dissout.

1993 :Le GIA (Groupe Islamique Armé) multiplie les attentats. La guerre civile éclate. Des organisations clandestines terrorisent la population dans l'objectif de couper l'Algérie du monde extérieur. Les exécutions sommaires de la part des islamistes deviennent fréquentes. Les militaires et les forces de sécurité s'efforcent de contrer les courants islamiques par une politique d'intimidation, par des arrestations arbitraires et par l'utilisation de la torture.

1994 : un accord est signé avec le FMI pour tenter de sortir de la grave crise économique. Le GIA et le MIA prennent le contrôle de plusieurs régions en Algérie.

1995 : Liamine Zeroual est élu au premier tour à la présidence algérienne.
Pour lutter contre la guérilla, l'armée se dote d'unités spéciales qui disposent de matériels modernes de communications. Des milices privées et des groupes d'autodéfense s'organisent dans le pays. Pendant deux ans, le nombre de victimes de la terreur s'élève à 500 personnes par semaine.

1996 : Enlèvement et assassinat de sept moines trappistes de Tibéhérine.
Malgré la nomination d'un nouveau gouvernement et la recomposition du paysage politique, les vagues terroristes se poursuivent.

1997 : Trois massacres revendiqués par le GIA, dans les localités près d'Alger en août et septembre qui font plus de 700 morts sème l'horreur et provoquent une réaction de la communauté internationale.

Certains anciens dirigeants du FIS sont remis en liberté. Suite à des négociatins secrètes, l'AIS lance un appel qui demande l'arrêt de la lutte armée et retourne ses armes contre le GIA. L'AIS annonce qu'il se met à la disposition de l'Etat.

1998 : plusieurs délégations de l'ONU et de l'Union européenne se rendent en Algérie pour enquêter sur les massacres.
Le 11 septembre, Liamine Zeroual décide de démissionner et annonce des élections présidentielles anticipées.

1999 : Abdelaziz Bouteflika, ancien ministre des affaires étrangères de Boumedienne, est élu à la présidence après le retrait collectif des autres candidats qui dénoncent les fraudes électorales et accusent le haut commandement se l'armée d'avoir imposé un candidat unique.
Le 16 septembre, la loi sur "la concorde civile" est votée par les parlementaires algériens et adoptée en septembre. Cette loi amnistie tous les militants islamistes qui n'ont pas commis de crimes de sang.
En fin d'année, on assite à une nouvelle vague d'attentats meurtriers.

2000 : Autodissolution de l'AIS. Les combats se poursuivent dans le maquis entre l'armée et les militants islamistes qui n'ont toujours pas déposé les armes comme le prévoit la loi sur la "concorde civile".

2001 : En avril, la mort d'un jeune lycéen dans une gendarmerie provoque d'imporantes émeutes en Kabylie qui font soixante victimes et six cents blessés.

18 avril 2001: la mort d'un adolescent dans une gendarmerie déclenche des émeutes en Kabylie.

Septembre 2001 : Parution de Le 17 octobre 1961, un crime d'Etat à Paris.

Octobre 2001 : 40e anniversaire des massacres d'octobre 1961 ; à Paris comme en province, une multitude d'initiatives : de nombreux livres paraissent ; plusieurs expositions sont organisées ; le Forum des Images et l'association 17 octobre 1961 contre l'oubli organisent une semaine de projections de films autour du 17 octobre 1961 suivies de débats, ainsi qu'une exposition de photographies d'Elie Kagan ; des chaînes de télévision diffusent des documentaires sur octobre 1961 ; le conseil municipal de Paris fait poser une plaque au pont Saint-Michel "A la mémoire des nombreux Algériens tués lors de la répression sanglante de la manifestation pacifique du 17 octobre 1961" (la droite municipale et les élus du MDC se sont opposés très vigoureusement à l'initiative du maire) ; à l'Assemblée nationale, une intervention d'un député communiste au sujet d'octobre 1961 est bruyamment interrompue à plusieurs reprises par des élus de la droite.

A ce jour, l'Assemblée nationale et le Sénat n'ont toujours pas reconnu la réalité et la nature des crimes perpétrés en octobre 1961 par l'Etat ; la question de l'ouverture des archives est au point mort, comme celle des manuels scolaires.

8 février 2002: Antar Zouabri, responsable du Groupe islamique armé (GIA), a été tué par les forces de sécurité. Sa mort constitue un important succès pour l'armée algérienne mais ne signifie pas la fin du GIA.

8 avril: réuni en Congrès au Palais es nations, le Parlement a voté à l'unanimité un amendement à la Constitution qui consacre le Berbère comme langue nationale mais non pas langue officielle, qui reste le privilège de l'arabe.

30 mai: l'ancien parti unique, le FLN, rafle la majorité absolue à l'Assemblée populaire nationale. Le FLN a remporté 199 siège sur les 389 que compte la nouvelle chambre. Les législatives enregistrent un faible taux de participation de 46% qui est le plus faible jamais enregistré en Algérie depuis l'indépendance. La faiblesse de la participation nationale doit beaucoup à la Kabylie où le mouvement des aârch avait appelé à un "boycott actif" du scrutin.

 

17 juin: le premier ministre algérien, Ali Benflis a formé un gouvernement largement renouvelé avec une équipe de 38 membres très largement FLN et féminisée. Pour la première fois, 5 femmes font leur entrée au gouvernement

 

2 juillet: Abdelkader Bensalah est élu à la présidence de la chambre haute du Parlement algérien, devenant ainsi le deuxième personnage de l'Etat après le président Abdelaziz Bouteflika.

 

5 juillet: alors que l'Algérie fêtait le 40ème anniversaire de son indépendance, une vague d'attentats à la bombe s'est produite à travers le pays. Cette attaque, la plus meurtrière depuis 2 ans et demi visait des civils et portait la marque des GIA.

 

mars 2003: visite officielle de Jacques Chirac à Alger et à Oran du 2 au 4 mars. C'est la première visite d'Etat d'un président de la République française depuis l'indépendance de l'Algérie. Le but de cette visite est de sceller les retrouvailles entre les deux pays.

 

phentermine 30mg phentermine prescription cheap phentermine free shipping phenteremine phentermine over night buying cheap phentermine online overnight phentermine phentermine ohio buy phentermine phenteramine prescription michigan phentermine phentermine mexico buy generic phentermine lowest price phentermine with free shipping phentermine ionamin blue clear phentermine link online.outdoors.com phentermine phentermine forums and chats valium phentermine cheap inexpensive phentermine phentermine 90.00 phentermine sale with cod delivery discount phentermine tramadol fibro tramadol without fed ex tramadol tramadol antidepressant tramadol prescription cod overnight tramadol tramadol 100mg tramadol no perscription needed cheap cod tramadol medication tramadol tramadol hcl 50 mg 100 mg tramadol buy cheap tramadol used ultram high what is ultram line ultram ultracet ultram ultram pharmacy line getting off ultram perscription medication ultram 50m ultram online pharmacy cheap order prescription ultram overdose ultram neurontin ultram mood buy ultram online without prescription online drug store ultram ultram maximum dose buy cheap ultram non narcoltic ultram ultram in dogs bbs eaglemyftpsitenet href ultram medication ultram ultram for ocd treatment medication online pharmacy ultram ultram drug interactions what is the medicine ultram buy cheap cialis online cialis directions free cialis trial buy cheap cialis today cialis discount free cialis anti cialis impotence cialis dosage information eli lilly cialis investors better than cialis cialis contact discount generid cialis adipex cialis stopped working cialis comparison levitra ditka sound clip levitra cialis alternatives to cialis cialis comparison pricing compare viagra to cialis 99 00 cialis about cialis cialis company cialis western open ticket 180ct cialis cialis co drug eli impotence lilly compare viagra ciali levitra 32 5 cialis cialis com cialis online purchase lilly cialis cialis canadian epharmacy